Lumineuses Ténèbres !

Musiques de la Semaine Sainte sous le règne de Louis XIV

La Semaine Sainte commémore la mort du Christ, sa mise au tombeau, sa descente en Enfer et sa résurrection. Fixés au VIIIe siècle, les offices des ténèbres prennent place à l’apogée des célébrations de Pâques, aux trois derniers jours de la Semaine sainte, et réunissent l’office des Matines (office de la fin de la nuit) et des Laudes (office du début du jour), d’où le nom d’« office des ténèbres ». Cet office journalier commémore en effet à la fois la descente vers les Ténèbres et l’espérance de la Résurrection - symbolisée dans la liturgie par l’extinction progressive des quinze bougies du candélabre pour n’en laisser plus qu’une, symbole de l’espérance à la renaissance du jour.

 

Les Leçons de Ténèbres de Couperin

 

Dans toute la musique française du XVIIe siècle, peu d’œuvres peuvent toucher l’auditeur aussi profondément que les Leçons de Ténèbres de François COUPERIN (1668-1733). Composées entre 1713 et 1717, les trois leçons du Mercredy Saint sont les seules à nous être parvenues. La mise en musique que fait Couperin des textes de la lamentation du prophète Jérémie est saisissante et d’une troublante beauté. Le compositeur sculpte le texte avec contraste. Les lettres hébraïques sont traitées avec un caractère instrumental d’une transparence céleste. Les versets exploitent tous les moyens expressifs de la tragédie lyrique. L’invocation « Jerusalem convertere » terminant chaque leçon est quant à elle d’une incroyable densité, traduisant en musique toute l’espérance de salut du peuple en prière.

 

 

Programme indicatif *

 

Leçons de Ténèbres &  Motets

Pièces pour Grand-Orgue avec Jean-Luc HO

Extraits des Messe pour les couvents

& Messe pour les paroisses de François COUPERIN (1668-1733).

* Une version de ce concert est possible avec une évocation scénographique liturgique.

 

 

Distribution

 

Jean-Luc Ho, Grand-Orgue

Versions à 3 ou à 7 artistes

Lumineuses Ténèbres !

Toutes les dates